LE TRAVAIL D’ORFEVRERIE

L’orfèvrerie désigne l’art de fabriquer des objets en métaux précieux comme l’or et l’argent. Le métier d’orfèvre fait appel à plusieurs corps de métiers et spécialités différentes telles que  la fonte à cire perdue, le rattrapage et le polissage.

Au début de la création d’une pièce d’orfèvrerie, il y a une idée, puis des croquis suivis de dessins techniques et en 3D et enfin la réalisation d’une maquette en cire. Ensuite, il est temps de donner forme au bijou. Pour ce faire, les artisans joailliers de la Maison Colorstone utilisent la technique de la fonte à cire perdue. Ce procédé connu depuis le IVe millénaire avant J.C. permet de réaliser des pièces complexes avec beaucoup de précision.

Avec les maquettes en cire, le fondeur forme ce que l’on appelle un arbre de coulée, c’est à dire qu’il place les cires autour d’une tige en mettant les plus grosses pièces à la base et les plus petites pièces en haut de l’arbre. Cet arbre est placé dans un cylindre de métal qu’il remplit de plâtre avant de le placer dans un four. Avec la chaleur, l’arbre en cire fond, ne laissant que l’empreinte des pièces, à la manière d’un négatif.

Le fondeur peut alors procéder à la coulée. Le métal est chauffé à haute température jusqu’à ce qu’il devienne liquide. Une fois liquide, le fondeur verse le métal dans le cylindre pour qu’il prenne la forme des pièces à la place des cires fondues. Le cylindre est placé dans de l’eau froide et le plâtre est retiré à l’aide d’un jet d’eau à haute pression. On peut alors récupérer l’arbre en métal et il ne reste plus qu’à enlever les tiges de coulées des pièces obtenues. C’est ce qu’on appelle l’ébarbage.

Après le travail du fondeur, le polisseur effectue ce qu’on appelle le “rattrapage”, ou la “reprise” de la pièce. Il nettoie, sable et polis soigneusement la pièce pour lui donner son éclat brillant car le métal à l’état brut a un aspect très mat. Une fois la fonte « rattrapée », les pierres peuvent êtres serties.

Bijoutier travaillant l'or

LES AUTRES ÉTAPES DE LA CRÉATION D’UN BIJOU